Sélectionner une page

L’hiver est la saison creuse au potager, mais certains gestes restent possibles malgré les conditions climatiques.

Les châssis
Grâce au châssis, vous pouvez semer toutes sortes de légumes qui seront consommés au printemps ou en été. Protégez vos plans des froides nuits d’hiver en couvrant le châssis. Ouvrez les vitres lors des belles journées pour éviter la condensation et ne pas faire pourrir les plantes.

Butter les légumes
Dans les régions où les hivers sont doux, vous pouvez butter les légumes restés en terre. Formez une butte en remontant le niveau de terre autour de leur tige. Cette manipulation évitera le développement des mauvaises herbes et favorisera la croissance. C’est le cas pour les poireaux, les fèves et les petits pois primeurs.

Couvrir le sol
Pour protéger les légumes encore en terre et éviter un tassement du sol, couvrez le d’un engrais vert : paillage, fumier qui fertilisera le sol une fois mélangé à la terre à la fin de l’hiver.

 

Produit complémentaire :
Le paillage végétal idéal pour pailler le potager,

Matière renouvelable issue de la valorisation du sarrasin cultivé en France dans le cadre de l’agriculture biologique. Enrichies en engrais organique, les cosses de sarrasin se décomposeront pendant toute la durée du printemps auprès de vos plantes du potager et contribueront ainsi à leur alimentation. Un effet complémentaire au paillage de potager qui évitera la pousse de mauvaises herbes, maintiendra l’humidité et protègera vos légumes du gel. Enfin, limaces et escargots apprécient peu cette couverture végétale qui les éloignera des salades et des fraisiers.

Les paillettes de chanvre, de couleur claire s’imbriquent les unes dans les autres formant ainsi un tapis homogène. La stabilité au vent, aux eaux de ruissellement, même en terrain pentu en font le paillage idéal pour lutter contre l’érosion des sols. Sa capacité de rétention en eau limite l’évaporation en eau notamment en période estivale. De composition ligno-cellulosique, le paillage de chanvre se dégrade naturellement, est source d’humus et grâce à sa neutralité, il ne modifie pas le pH des sols

quis libero elit. Aliquam ipsum non risus Phasellus tempus consectetur